Fan de cinéma
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Dernier film visionné

+11
phiphi931
Barbe-Noire
alm93
c2302t
yannickv
alamo
surfeur51
infrared
snaky930
l'andalous
zardi
15 participants

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par prune99 Jeu 14 Juil - 16:18

La Favorite

Dernier film visionné  - Page 38 5c92cedf2400003500c6fd0c

La cour d'Angleterre, au moment de la guerre de Succession d'Espagne.

Auprès de la reine Anne, malade et influençable, la lutte sans merci entre sa conseillère Sarah de Marlborough, favorable à la guerre, et Abigail, sa nouvelle favorite, noble déchue qui cherche à retrouver son rang, aidée par le Comte d'Oxford, qui veut la paix avec la France.

Un scénario rempli de coups-bas, avec des dialogues crus aux répliques assassines...

Des décors et costumes somptueux, un jeu d'actrices remarquable...



9/10
prune99
prune99

Messages : 29
Date d'inscription : 21/08/2020

Voir le profil de l'utilisateur

zardi aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par Barbe-Noire Ven 15 Juil - 4:35

Un pitch et une bande-annonce bien plus engageante pour moi que La jeune fille de feu ! Cool 
Celui-là fera certainement partie de mes achats à venir Merci  Merci !
Barbe-Noire
Barbe-Noire

Messages : 2223
Date d'inscription : 07/11/2019
Age : 66
Localisation : Seine et Marne ( et toujours "à la croisée des chemins" )

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Ven 15 Juil - 7:19

Tu ne seras pas déçu. Trois actrices au sommet de leur art (surtout Olivia Colman).
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par Barbe-Noire Sam 16 Juil - 2:13

zardi a écrit:Tu ne seras pas déçu. Trois actrices au sommet de leur art (surtout Olivia Colman).

Le BR étant à 10 balles ( sans promo particulière ) en ce moment sur amazon, j'ai rajouté 2 articles ( sur les "mis de côté" ) pour atteindre les 25 € de FdP gratos et valider la commande .
Je ne comptais pas acheter quelque chose avant septembre Rolling Eyes , mais le madness power a encore frappé  Twisted Evil !
Barbe-Noire
Barbe-Noire

Messages : 2223
Date d'inscription : 07/11/2019
Age : 66
Localisation : Seine et Marne ( et toujours "à la croisée des chemins" )

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Dim 17 Juil - 13:20

Jane Eyre (2011) de Cary Joji Fukunaga - 7,5/10

Dernier film visionné  - Page 38 Old-jane_eyre_2011_br.0

Synopsis : Jane Eyre est engagée comme gouvernante de la petite Adèle chez le riche Edward Rochester. Cet homme ombrageux ne tarde pas à être sensible aux charmes de la jeune fille. C’est le début d’une folle passion…

Bien qu'ayant été impressionné par Sin nombre,  le seul autre film du réalisateur que j'ai pu voir et par sa mise en scène dans la série True detective, probablement par peur d'être déçu, j'ai longtemps hésité avant de regarder cette énième adaptation du célèbre roman de Charlotte Brontë. Et bien j'avais tort, non seulement cette adaptation est la plus fidèle au roman d'origine mais les choix esthétiques avec ces couleurs passées, les éclairages en lumière naturelle permettent de bien transmettre l'atmosphère victorienne du récit tout en ajoutant une touche gothique dans le choix des décors en particulier pour le château de Thornfield Hall.
Les landes du Derbyshire sont magnifiquement filmées mais le réalisateur en abuse un peu en particulier dans la séquence initiale ce qui n'apporte rien à l'évolution de l'intrigue alors qu'il abrège par une ellipse maladroite la description du séjour dans l'internat de Lowood, épisode pourtant fondamental pour définir le caractère de l'héroïne, figure de proue de la libération de la femme.
Le choix de Michael Fassbender se révèle judicieux, l'acteur interprétant avec aisance le côté à la fois autoritaire, cynique et amoureux de Rochester à l'âme torturée. Si Mia Wasikowska excelle dans l'aspect de victime et de jeune fille volontaire avec cette coiffure sévère qui ne l'avantage pas, elle a beaucoup plus de mal à insuffler la flamme de la passion à son personnage. Comme toujours Judy Dench est impeccable en intendante dévouée et la jeune Amelia Clarkson colle parfaitement à son personnage.
Une adaptation à l'esthétique raffiné sans défauts majeurs avec des interprètes de qualité mais qui ne réussit pas à faire oublier celle plus baroque portée par Orson Welles et Joan Fontaine.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

prune99 aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Dim 17 Juil - 19:42

Jane Eyre (1943) de Robert Stevenson - 8,5/10

Dernier film visionné  - Page 38 3d-jane_eyre_1943.0

Synopsis : Orpheline, Jane Eyre a passé son enfance dans un triste pensionnat. A sa majorité, elle est engagée comme gouvernante de la petite Adèle Rochester. Edward Rochester, le maître des lieux, est un personnage solitaire et ombrageux, errant dans son immense demeure. Jane découvre que la demeure abrite un terrible secret.

Après avoir visionné l'œuvre de Fukunaga, l'envie m'a pris de revoir ce film qui m'avait marqué il y a longtemps. A l'époque je n'avais pas encore lu le roman de Charlotte Brontë qui fit scandale à sa sortie car écrit par une femme, et osant mettre en avant la volonté d'émancipation de son héroïne.
Force m'est de constater le fossé qui existe entre le scénario et le roman d'origine (toute la partie se déroulant chez les Rivers est ici évacuée). Ce manque de respect pour une œuvre majeure de la littérature anglaise peut choquer aujourd'hui mais était monnaie courante en ces temps où les grands studios cherchaient avant tout à plaire au public en offrant du spectaculaire. De ce côté on est servi d'abord par une interprétation hors pair. Dès qu'Orson Welles apparait à l'écran, il l'envahit par sa force et son charisme et transforme le personnage de Rochester en figure digne d'un drame shakespearien. Face à lui, Joan Fontaine parait menue, écrasée par la personnalité du seigneur de Thornfield, mais cette apparente fragilité rend la détermination de son personnage encore plus méritoire et sublime un couple apparemment si désaccordé.
Cette relation étrange est magnifiée par une mise en scène baroque servie par la photo expressionniste de George Barnes (Rebecca)et une utilisation de la lumière que l'on doit certainement à Orson Welles alors qu'il était interdit de réalisation après ses conflits avec les dirigeants de la Fox. On ne peut qu'être admiratif devant la beauté de certaines scènes comme celle de la rencontre entre Jane et  Rochester dans le brouillard éclairé par une lumière surnaturelle. La riche musique de Bernard Herrmann vient souligner aussi bien les passages romantiques que les scènes angoissantes.

Un drame gothique dont les défauts scénaristiques sont gommés par l'excellence des acteurs et la splendeur des images.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Lun 18 Juil - 11:58

La fosse aux serpents / The snake pit (1948) d'Anatole Litvak - 8,5/10

Dernier film visionné  - Page 38 2d-fosse_aux_serpents.0

Synopsis : Atteinte de schizophrénie, une jeune femme, Olivia, est internée en hôpital psychiatrique. Elle n’a plus aucun souvenir et ne reconnait même pas son mari. Le docteur Kik tente de lui faire retrouver la mémoire. Après un électrochoc, son état s’améliore, et elle retrouve quelques souvenirs douloureux qu’elle avait enfouis. Mais elle fait une rechute et est placée auprès des malades mentaux incurables…

Ce film fut un véritable choc à sa sortie car pour la première fois un métrage traitait dans son intégralité du traitement de la folie. Si le sujet avait été abordé dans d'autres oeuvres (Hantise - Le secret derrière la porte - La maison du docteur Edwardes) ce n'était que de manière ponctuelle et il faudra attendre 15 ans pour qu'un autre réalisateur, Samuel Fuller, se risque sur ce chemin périlleux (Shock corridor) et encore 12 ans pour aboutir au chef-d'oeuvre de Milos Forman (Vol au-dessus d'un nid de coucou).
S'appuyant sur une expérience vécue le film suit une jeune femme, Virginia, (Olivia de Haviland) qui après une dépression a perdu la mémoire et est troublée mentalement. Le scénario évite le piège de la facilité qui aurait consisté à trouver un remède miracle, au contraire il décrit le lent parcours des traitements depuis les électrochocs jusqu'à l'analyse psychanalytique. Là encore la maladie se révèle complexe avec des causes multiples. On est loin du stéréotype qui consiste à trouver le souvenir qui pourra exorciser le patient comme dans Pas de printemps pour Marnie.
Le reproche qui a été fait au réalisateur pour son académisme me semble totalement injustifié tant les flashbacks qui permettent de reconstituer l'origine du mal sont bien faits ajoutant à chaque fois une forte intensité émotionnelle. Grâce à une caméra mobile et à de belles compositions de plans, les scènes où Virginia se trouve dans la salle des cas graves sont impressionnantes tant les aliénées semblent réelles.
Spoiler:
Le succès du film est dû à Olivia de Haviland qui, sans aucun maquillage, nous livre une composition impressionnante capable de transmettre à son visage toutes les émotions. Une performance d'une rare qualité et d'une grande exigence car elle est présente dans tous les plans et qui sera d'ailleurs largement reconnue par la critique et les spectateurs. Leo Genn se montre très crédible dans son rôle de thérapeute et on retiendra quelques rôles secondaires comme celui de l'infirmière (Helen Craig) qui préfigure l'inflexible Miss Ratched (Louise Fletcher)
Un film poignant, sans artifices, porté par une actrice extraordinaire.
.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Mar 19 Juil - 7:58

Carandiru (2003) de Hector Babenco - 6,5/10

Dernier film visionné  - Page 38 Old-carandiru.0

Synopsis : Ce film retrace les expériences du Docteur Varella au sein du terrible pénitentier de Candariu à Sao Paolo, Brésil, alors qu’il travaillait sur la prévention du Sida. Il découvrit les conditions dégradantes dans lesquelles vivaient des centaines de détenus. La situation atteint son paroxysme lorsque, pour calmer une rebellion, les forces de l’ordre tuèrent 111 hommes.

Pour les européens le nom de Carandiru n'évoque pas grand chose, par contre en Amérique latine il est célèbre pour la tuerie (111 morts) qui a mis fin à une émeute. Le film est racontée suivant le point de vue d'un docteur qui veut enrayer l'épidémie du SIDA due en grande partie aux rapports sans protection entre les prisonniers et à l'utilisation de seringues  non stérilisées. A travers les patients qu'il rencontre les circonstances qui les ont amenés à commettre des crimes sont racontées à travers de nombreux flashbacks. Le but est évidemment de donner une vision humanitaire de ces assassins victimes pour nombre d'entre d'un déterminisme social qui engendre la violence. Pour ma part j'avoue que je n'ai guère été sensible à cette argumentation.
La vie dans cette prison insalubre qui fait penser à celle de Midnight express suit les codes habituels des lieux de détention avec les caïds, les dealers, les règlements de compte. Tout se passe pratiquement sans l'intervention des gardiens qui ne sont la que pour empêcher des évasions.
A l'inhumanité des conditions de détention s'ajoute l'atrocité de la répression lors de l'émeute finale où les prisonniers qui s'étaient rendus ont été massacrés dans leur propre cellule. Comme le souligne le commentaire final cette vision est celles des prisonniers, le docteur étant absent lors de ces évènements.

Un film fort avec des images parfois à la limite du supportable mais la dispersion des caractères empêche toute forme d'empathie chez le spectateur. Il reste un sentiment d'indignation devant autant de barbarie.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Mar 19 Juil - 15:15

Captives à Bornéo / Three came home (1950) de Jean Negulesco - 7/10

Dernier film visionné  - Page 38 Old-captives_a_borneo_bis.0

Synopsis : Une célèbre romancière américaine se trouve à Bornéo quand les japonais envahissent l’île. Nous en sommes au début de l’année 1942. Séparée de son mari, Agnès est emprisonnée dans un camp dans des conditions cruelles. D’un côté, elle subit tortures et tentatives de viol, de l’autre, elle bénéficie de la bienveillance du Colonel Suga en charge du camp et qui admire la romancière…

Ce film peu connu en France alors qu'il jouit d'un certain prestige aux US est étonnant à plus d'un titre. Plutôt que de montrer un camp de prisonniers avec des tentatives d'évasion il se passe dans un camp pour femmes qui font toutes preuves d'abnégation se souciant de protéger leurs enfants et de retrouver leurs maris. Ensuite les japonais qui sont maîtres du camp apparaissent non pas comme des brutes sadiques comme dans Le pont de la rivière Kwaï ou Furyo mais sous un éventail très varié de caractères, témoin le colonel Suga (Sessue Hayakawa), humain et courtois, effondré après la perte des siens lors du bombardement d'Hiroshima. Rarement les films hollywoodiens abordent ce sujet et le fait que le métrage date de 1950, époque où le Japon était encore colonisé par les américains, y est pour quelque chose dans le but de ménager les susceptibilités.
Tiré d'un roman autobiographique, ce film est le portrait d'une femme très dévouée à sa famille qui va même mentir à son mari au sujet de sa grossesse pour éviter d'être séparée de celui-ci. Elle est interprétée par Claudette Colbert qui prouve qu'elle était capable de briller dans des rôles dramatiques, elle va tenir tête au chef du camp qui veut qu'elle revienne sur ses déclarations après la tentative de viol qu'elle a subie. Le scénario de Nunally Johnson (Les raisins de la colère - Les 12 salopards) évite les scènes outrancières, à part l'épisode de la visite des australiens et leur massacre sur les barbelés. Par contre la scène étrange où Claudette Colbert essaie de rejoindre son mari est brillamment écrite et réalisée car on ne sait pas si elle est réelle ou issue d'un cauchemar de l'héroïne submergéee par la fièvre.

Un film agréable à regarder malgré le mélo du happy end tout à fait hollywoodien.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Mer 20 Juil - 18:44

Détenu en attente de jugement / Detenuto in attesa di giudizio (1971) de Nanny Loy - 8/10

Dernier film visionné  - Page 38 2d-detenu_en_attente_de_jugement.0

Synopsis : Giuseppe Di Noi décide de prendre quelques semaines de vacances avec sa femme et ses enfants en Italie, son pays natal. Mais à la frontière, un douanier lui demande de bien vouloir le suivre. À peine entré dans les locaux de la douane, il en ressort menotté et en état d’arrestation sans savoir de quoi on l’accuse…

On peut se demander pourquoi une œuvre importante du cinéma italien est restée aussi longtemps inédite en France. Elle fut pourtant primée au festival de Berlin (ours d'argent pour Alberto Sordi) et suscita de nombreuses réactions dans la péninsule. On y suit un honnête citoyen qui va être  accusé d'un méfait qu'il n'a pas commis et qui plus est se révèlera inventé de toutes pièces. Cette farce kafkaïenne va déboucher sur un drame qui met en évidence non seulement le dysfonctionnement du système judiciaire mais aussi l'inhumanité du milieu carcéral transalpin. Le ton comique des premières scènes va peu à peu évoluer vers la tragédie bien soutenu par la musique par moment angoissante de Carlo Rustichelli. Un grand rôle pour Alberto Sordi qui, non seulement va confirmer son talent dans les situations comiques, mais profondément nous émouvoir dans la détresse de son personnage et l'inéluctable conclusion tragique de son parcours.
L'originalité du scénario et la grande classe de l'interprète principal en font une pièce maîtresse du cinéma italien des années 70.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Mar 26 Juil - 20:27

Kapò (1959) de Gillo Pontecorvo - 8/10

Dernier film visionné  - Page 38 519wzeW1OiL._AC_SY445_

Synopsis : Après avoir été déportée en Allemagne, Edith est la seule survivante de sa famille. Avec l’aide d’amis, elle change d’identité et se retrouve parmi les détenus de droit commun. D’abord indifférente à la souffrance qu’endurent les autres, l’arrivée de Sacha, un prisonnier russe, va peu à peu changer sa vision des choses…

Ce film suscita de vives polémiques à sa sortie et, depuis, est injustement tombé dans l'oubli. Si la description de la vie dans les camps de concentration est fidèlement retransmise à l'écran c'est surtout l'aspect moral de ses personnages qui en fait la force. La transformation de Edith (Susan Strasberg), de jeune juive persécutée en kapo sans cœur, est saisissante. Elle délaisse toute forme de moralité pour sauver sa peau et profiter de la vie, s'opposant au comportement de Terese (Emmanuelle Riva) qui préfère renoncer à la vie plutôt que de renier ses convictions humanistes. On a droit pendant les trois quarts du film à un drame poignant avec des personnages forts marqué par une réalisation rigoureuse et quelques belles scènes soulignées par la musique de Mario Rustichelli qui accroit l'intensité émotionnelle.
Si on peut regretter la romance, imposée par la production, entre le prisonnier russe Sacha (Laurent Terzieff) et Edith, on ne peut toutefois qu'apprécier la qualité de l'interprétation et de la mise en scène. Susan Strasberg trouve là son meilleur rôle et Emmanuelle Riva y est lumineuse.
La critique acerbe de Jacques Rivette concernant la beauté, à ses yeux déplacée, de la séquence où Terese se sacrifie peut se comprendre sur le plan moral mais semble aujourd'hui totalement dépassée tant ce type de scène a envahi les écrans.
Ce drame qui vous prend à la gorge et qui ne vous lâche pas un instant, aurait pu être un chef-d'œuvre si Gillo Pontecorvo avait pu achever de manière plus radicale son portrait d'anti-héros.
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par zardi Mer 27 Juil - 19:54

Scum (1979) de Alan Clarke - 8,5/10

Dernier film visionné  - Page 38 Old-scum.0

Synopsis : Lorsqu’il arrive dans un nouveau centre de redressement, Carlin est précédé d’une réputation de dur à cuire. Alors qu’il cherche l’isolement et la tranquillité, ses camarades de détention ne cessent de le provoquer…

Les œuvres de Alan Clarke sont peu connues en France alors qu'elles ont eu un grand impact outre manche et influencé bon nombre de cinéastes comme par exemple Gus Van Sandt  avec Elephant. La raison principale est que c'était un réalisateur qui travaillait pour la BBC mais considéré par ses pairs comme un cinéaste à part entière. Scum a d'ailleurs été produit par la BBC qui, effrayée par la violence qui y était montrée, a décidé de ne pas le diffuser, ce qui a conduit Alan Clarke à en faire un remake fidèle à l'original pour le cinéma.
L'action se déroule dans un borstal, une maison de correction britannique, où ne règne qu'une règle, la loi du plus fort. A ce jeu le personnel se montre bien plus fort et pervers que les délinquants et on a droit à une succession de situations  à la limite du tolérable avec tous les sévices corporels et psychologiques possibles. A la manière d'un Yves Boisset le réalisateur accumule des scènes d'une rare violence qui révulsent le spectateur. Le film est bien construit pour arriver à un climax très réussi. La caméra portée ne lâche pas les protagonistes. La diversité des caractères des délinquants s'oppose à l'attitude rigide du personnel. Dans le rôle principal, Ray Winstone réussit une composition impressionnante par la force et la colère dégagées par son personnage.
Ce film fit grand bruit à sa sortie et ne tarda pas à devenir culte. Il fit d'ailleurs l'objet d'un remake canadien, Dog pound, que pour ma part je trouve moins réussi et eut pour effet la fermeture des borstals. La version tournée pour la BBC ne sortira que 14 années plus tard et est présente sur le DVD.

Un film choc d'une efficacité redoutable à déconseiller aux âmes sensibles
zardi
zardi

Messages : 1549
Date d'inscription : 07/11/2019
Localisation : 06

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dernier film visionné  - Page 38 Empty Re: Dernier film visionné

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum